Conception de questionnaire

Sur cette page

Aperçu

Les questionnaires représentent des façons systématiques de recueillir les renseignements nécessaires à une enquête sur une éclosion habituellement par l’entremise de l’entrevue avec les cas. Les questionnaires jouent un rôle clé dans la génération d’hypothèses, et ils peuvent servir à recueillir des données pour les études descriptives et analytiques. Les questionnaires doivent être conçus avec un plan de gestion des données .

Il existe différents types de questionnaires communément utilisés dans le cadre d’enquêtes sur les éclosions :

  • Les questionnaires visant la génération d’hypothèses saisissent le plus grand nombre d’expositions possible (c.-à-d. qu’ils tendent un grand filet). Les questionnaires visant la génération d’hypothèses ciblent uniquement les cas et favorisent des questions ouvertes et exploratoires tout en examinant les facteurs de risque possibles.
  • Les questionnaires ciblés posent des questions plus détaillées sur des expositions d’intérêt précises, notamment des renseignements détaillés sur des produits alimentaires ou des précisions sur des contacts avec des animaux ou des expositions à l’eau. Ces expositions d’intérêt sont souvent obtenues lors d’une étape initiale de génération d’hypothèses.
  • Les questionnaires de mise à l’essai d’hypothèses insistent sur des expositions précises. Les questionnaires de mise à l’essai d’hypothèses sont normalisés et comparent des cas et des contrôles à l’aide de questions ciblées qui examinent uniquement des facteurs de risque soupçonnés et qui utilisent relativement peu de questions ouvertes. 

Retour vers le haut de la page

Conception de questionnaires

Objectif et public cible :

  • Déterminer l’objectif du questionnaire.
  • Tenir compte du public qui répondra au questionnaire (p. ex. un enquêteur ou le répondant lui-même, ou encore le parent ou la personne soignante de ce dernier) et des éléments pratiques étant donné les contraintes relatives au temps, à la logistique et aux ressources.

Conception et mise en page :

  • Élaborez un questionnaire aussi court, clair, pertinent et logique que possible pour accroître le taux de réponse. Pour les questionnaires autoadministrés, la longueur du sondage, la taille de la police, les espaces vides et l’organisation sont particulièrement importants.
  • Présentez les questions de la plus facile à la plus difficile, de la plus générale à la plus particulière ou de la plus factuelle à la plus abstraite. Commencez par poser les questions les plus pertinentes à l’objectif général du questionnaire. Dans la mesure du possible, évitez de commencer par des questions vraiment personnelles.

Composantes du questionnaire :

Les composantes du questionnaire comprennent une introduction, des renseignements identifiant la source (sujet de l’étude ou enquêté-substitut), des données démographiques, des détails cliniques, des renseignements sur l’exposition ou les facteurs de risque et une conclusion.

  • Les renseignements d’identification recueillis dans un questionnaire initial par une autorité sanitaire locale comprennent le nom, les coordonnées de la personne-ressource et, souvent, la date de naissance ainsi que le numéro d’assurance maladie provinciale ou territoriale de l’individu. De tels renseignements détaillés permettent l’identification du sujet, la mise à jour de questionnaires à mesure que de plus amples renseignements deviennent accessibles, l’établissement d’un lien entre le questionnaire et d’autres dossiers, la cartographie et la prévention d’une saisie en double de données des dossiers.
  • Les données démographiques décrivent les cas en ce qui concerne l’âge, le sexe, la profession et le lieu d’emploi ou l’école fréquentée. Ces renseignements peuvent aider à déterminer la population qui est à risque de tomber malade, et ils doivent être évalués pour déterminer s’ils touchent la relation entre l’exposition et la maladie.
  • Les renseignements cliniques décrivent l’état de santé des cas, et les variables et peuvent comprendre la date et l’heure de l’apparition de la maladie, les signes et symptômes (premiers signes, signes postérieurs, sévérité, durée), des tests de laboratoire, l’état de l’hospitalisation et le résultat (p. ex. décès). Ces renseignements permettent la caractérisation de la maladie, la documentation de son évolution au fil du temps ainsi que des décisions concernant les personnes présentant le résultat d’intérêt.
  • Les renseignements sur l’exposition ou le facteur de risque servent à mettre à l’essai les hypothèses faisant l’objet d’une enquête et représentent souvent le sujet principal du questionnaire. Les facteurs de risque peuvent être directement liés à la nourriture (consommation d’aliments et de boissons à l’intérieur et à l’extérieur de la maison) ou indirectement liés à la nourriture (pratiques de manipulation et de cuisson d’aliments). D’autres facteurs de risque recueillis comprennent souvent la participation ou le travail dans certains établissements ou certaines installations, les expositions à l’eau (aux fins de consommation ou à des fins récréatives), des voyages récents, des contacts avec des animaux et des contacts avec des gens malades et des enfants dans des garderies. La collecte de données différera selon le pathogène (en fonction de s’il est connu ou non). Par exemple, si le pathogène est connu, l’enquête peut insister sur des aliments communément associés à ce pathogène et d’autres facteurs de risque potentiels durant la période d’exposition en fonction de la période d’incubation pertinente.
  • La section des remarques permet de saisir les commentaires, les idées et les questions de l’enquêteur.

Mise à l’essai du questionnaire :

Mettez le questionnaire à l’essai auprès de vos collègues et, plus important encore, auprès d’un non-spécialiste. Peaufinez le questionnaire en conséquence si des questions ne génèrent pas les renseignements appropriés, si le texte n’est pas clair, si des questions peuvent être interprétées de différentes façons, si des questions fermées disposent d’options ou de catégories insuffisantes et si les instructions « passez à » ne sont pas bien suivies. 

Retour vers le haut de la page

Questions

Types de questions

Les types de questions comprennent des champs à remplir, des questions ouvertes et des questions fermées. Le type de question utilisé dépend du type de renseignement désiré et du type d’influences utilisées dans l’analyse.

  • Indiquez des unités pour les questions comprenant des champs à remplir (p. ex. Moment de l’apparition de la maladie : ______ du matin/du soir, Date de départ (JJ-MM-AAAA) : ___-___-______, Date de retour (JJ-MM-AAAA) : ___-___-______).
  • Les questions fermées offrent des options de réponse limitées (p. ex. des cases à cocher). Ces questions sont précises et uniformes, peuvent accélérer ou améliorer le rappel et sont plus faciles à coder et à analyser que les questions ouvertes. Cela dit, elles n’offrent aucune occasion d’ajouter des renseignements supplémentaires.
  • Les questions ouvertes permettent des réponses illimitées dans les mots du répondant (p. ex. « Dressez une liste des fruits que vous avez consommés au cours des sept derniers jours»). Les réponses aux questions ouvertes peuvent être catégorisées, puis utilisées ultérieurement dans des questions fermées au fur et à mesure que les outils de collecte de données évoluent durant une enquête.

Création de questions précises :

  • Traitez d’un sujet par question. Par exemple, il est préférable de demander « Avez-vous mangé un hamburger? » et « Y avait-il de la laitue sur votre hamburger? » plutôt que de demander « Avez-vous mangé un hamburger avec de la laitue? ».
  • Assurez-vous que les questions sont aussi courtes que possible.
  • Évitez les questions biaisées et les réponses subjectives.
  • Utilisez un langage simple et informel. Par exemple, il est préférable de demander « Avez-vous souffert de douleurs musculaires? » plutôt que de demander « Avez-vous souffert de myalgie? »
  • Définissez les termes pour améliorer la fiabilité. Par exemple, il est préférable de demander « Souffrez-vous de diarrhée? Nous considérons qu’une diarrhée s’entend de trois selles molles ou plus sur une période de 24 heures » plutôt que simplement « Souffrez-vous de diarrhée? », puisque la première option définit ce que l’on signifie par « diarrhée »; les répondants fourniront ainsi des réponses basées sur la même définition de la diarrhée et non sur ce qu’ils considèrent comme étant une diarrhée.
  • Fournissez des options appropriées pour accroître la validité. Par exemple, lorsque vous posez des questions concernant les sources d’eau potable à la maison, il est plus valide de fournir les options « eau de robinet municipale », « eau de puits », « eau de surface » et « eau embouteillée commerciale » que d’offrir uniquement les choix « eau de robinet » et « eau embouteillée ».
  • Soyez aussi précis que possible pour éviter toute ambiguïté dans l’analyse. Par exemple, il est plus précis de demander « Avez-vous été examiné par un médecin pour ces symptômes au cours des sept derniers jours? » que de demander « Avez-vous été examiné par un médecin au cours des sept derniers jours? » En ce qui concerne la consommation d’aliments, vous devez chercher à bien tenir compte des aliments réellement consommés et non de ce qui est habituellement préféré. Toutefois, les préférences alimentaires constituent parfois la seule option lorsque la maladie est survenue il y a des mois ou lorsque la période d’incubation est longue (p. ex. listériose).
  • Utilisez des références à des dates et des heures précises pour accroître la validité des résultats, ce qui peut augmenter le taux de rappel. Par exemple, il vaut mieux demander « Avez-vous nagé dans une piscine publique entre le mercredi 2 juin et le mercredi 9 juin 2010? » que de demander « Avez-vous nagé dans une piscine publique récemment? »

Retour vers le haut de la page

Outils

Répertoire de questionnaires d’enquête en cas d’éclosion d’une maladie entérique

  • Ce répertoire contient des questionnaires pour divers pathogènes, que l’on peut utiliser à différentes étapes d’une enquête sur une éclosion, y compris pour générer, améliorer et vérifier des hypothèses.   

Retour vers le haut de la page

Références

Gregg, M.B (ed.). 2002. Field Epidemiology, 2nd Edition. Oxford University Press, Oxford, England.

World Health Organization. 2008. Foodborne disease outbreaks: guidelines for investigation and control. WHO Press, World Health Organization, Geneva, Switzerland. http://www.who.int/foodsafety/publications/foodborne_disease/outbreak_guidelines.pdf 

Retour vers le haut de la page