Listes des cas

Examinez la liste des cas de PulseNet Canada pourles six cas (HTML: Module 1 – Liste des cas (laboratoire), Excel: Module 1 – Liste des cas (laboratoire)).

Remarquez que les cas sont âgés de 7 à 82 ans, que deux d’entre eux sont de sexe masculin et que les quatre autres sont de sexe féminin. Les dates de téléchargement en amont vers PulseNet Canada (c’est-à-dire les dates auxquelles les profils ECP ont été transmis à PulseNet Canada) vont du 14 au 21 juillet 2014; les dates de réception au laboratoire (les dates auxquelles les échantillons ont été reçus par le laboratoire local ou provincial pour la réalisation des analyses initiales) vont du 7 au 15 juillet 2014.

Au Canada, les cas d’infection à E. coli confirmés en laboratoire font l’objet d’une enquête par les autorités locales de santé publique. Cette enquête consiste habituellement à réaliser une entrevue téléphonique avec les cas et à remplir un questionnaire. Généralement, les questionnaires comportent des questions sur la maladie du cas, ses facteurs de risque potentiels, son historique alimentaire et ses antécédents de voyage. L’entrevue fournit aussi une occasion de déceler les cas qui devraient s’abstenir de travailler avant la fin de leur maladie en raison du métier qu’ils exercent (p. ex. manipulateurs d’aliments, travailleurs de garderie), de les sensibiliser aux facteurs de risque (p. ex. nécessité de se laver les mains, de manipuler la nourriture de façon sûre) et de répondre aux questions qu’ils se posent. Les données sur les variables clés recueillies lors des entrevues avec les cas, comme l’âge, le sexe, la date d’apparition de la maladie et, parfois, les facteurs de risque/expositions, sont habituellement transmises aux autorités sanitaires provinciales/territoriales.

Les autorités sanitaires provinciales/territoriales peuvent aussi demander aux autorités sanitaires locales de leur transmettre le questionnaire si elles soupçonnent qu’un cas fait partie d’une éclosion dont l’ampleur dépasse l’échelon local.

Vous envoyez les renseignements de laboratoire obtenus aux provinces touchées, par courriel, et vous leur demandez de vous transmettre les renseignements dont elles disposent sur l’exposition. Voici les réponses que vous recevez :

  • La province du Manitoba (n = 2) signale qu’elle n’a pas encore obtenu des autorités locales de santé publique les questionnaires concernant l’un ou l’autre des deux cas.
  • La province de l’Alberta (n = 1) signale que son cas est une femme de 35 ans qui n’a pas voyagé à l’extérieur de la province pendant sa période d’incubation. Le cas affirme avoir mangé des hamburgers (bien cuits), du poulet grillé et diverses salades. Le cas possède un chien. Date d’apparition de la maladie : Le 4 juillet 2014.
  • La province de Saskatchewan (n = 3) indique qu’elle a commencé à faire enquête sur sa grappe de cas la semaine dernière (le jeudi 17 juillet 2014).
    • Deux de ses cas ont participé au même barbecue le jour de la Fête du Canada (le 1erjuillet), ont mangé à cette occasion des hamburgers et diverses salades, et ne font pas partie du même ménage; les dates d’apparition de la maladie étaient le 3 juillet 2014 (femme de 52 ans) et le 4 juillet 2014 (femme de 22 ans).
    • Le troisième cas (homme de 82 ans) a été hospitalisé, n’a aucun lien avec le barbecue, mais déclare aussi avoir mangé des hamburgers et des salades avant la date d’apparition de sa maladie (le 1erjuillet 2014).

 

Question 1-3 : D’après les renseignements fournis, est-il raisonnable de soupçonner qu’un aliment commun est la source des maladies? Quels renseignements additionnels voudriez-vous obtenir afin de déterminer s’il y a ou non une source alimentaire commune?

 

RÉPONSE
  • Sur les quatre cas au sujet desquels on dispose de renseignements sur l’historique alimentaire, quatre ont dit avoir mangé des hamburgers et des salades; ces sources constituent donc des hypothèses plausibles qui devraient faire l’objet d’un examen plus poussé. Des recherches dans la documentation indiquent que le bœuf haché et les légumes-feuilles ont été, par le passé, à l’origine de nombreuses éclosions d’infection à E. coli O157:H7.
  • Afin de déterminer s’il existe une source alimentaire commune, il faudrait recueillir des détails supplémentaires sur les aliments présentant un intérêt (p. ex. marque, taille, numéros de lot, emballage, magasins où ils ont été achetés, etc.). Si l’un ou l’autre des cas a encore des restes de bœuf haché/hamburger ou de salades, il faut recueillir des échantillons aux fins d’analyse.
  • Il vaudrait peut-être aussi la peine de mener une enquête plus détaillée sur le barbecue de la Fête du Canada en Saskatchewan. Les grappes de maladies à la suite d’activités communes sont utiles pour préciser la source, car il y a habituellement un nombre limité d’aliments disponibles et de multiples maladies. En comparant ce qu’ont mangé les personnes qui ont été malades et celles qui ne l’ont pas été, il est possible de déterminer les aliments qui sont peut-être en cause. Les questions à poser aux autorités de la Saskatchewan pourraient comprendre les suivantes :
    • Est-ce que d’autres gens sont malades? Les autorités peuvent-elles mener une étude analytique  (p. ex. étude de cohorte, étude cas-témoins) pour déterminer la source de l’infection?
    • Y a-t-il encore des hamburgers, des salades, ou d’autres aliments du barbecue disponibles pour des analyses en laboratoire?
    • Est-il possible de recueillir des renseignements supplémentaires sur les aliments servis lors du barbecue (p. ex. reçus d’achat, marque/taille/codes de lot, etc.)?
  • N’oubliez pas que les hamburgers/le bœuf haché et les salades ne constituent que deux hypothèses parmi de nombreuses autres. Il y a beaucoup d’autres aliments que l’on consomme souvent durant les barbecues et qui pourraient également être des sources plausibles de l’éclosion. À ce stade de l’enquête, nous ne disposons pas de suffisamment de renseignements; nous devons donc continuer d’examiner les diverses hypothèses possibles.

 

Question 1-4 : Comment organiseriez-vous ces renseignements en provenance des provinces? Quels principaux éléments de données voudriez-vous inclure?

RÉPONSE

Les renseignements recueillis durant l’entrevue devraient être consignés dans une liste des cas.Une liste des cas contient les renseignements nécessaires pour décrire une éclosion en fonction des personnes, des lieux et du temps. C’est un tableau qui comprend des renseignements clés à propos de chaque cas d’une éclosion. Chaque rangée représente un cas, et chaque colonne représente une variable, notamment une donnée démographique, clinique ou épidémiologique.Dans le cas de la présente éclosion, les variables que vous devriez envisager d’ajouter comprennent les suivantes :

  • Numéro d’identification unique/identificateur de cas
  • État du cas (p. ex. ne représente pas un cas, cas soupçonné, cas secondaire, cas probable ou cas confirmé)
  • Renseignements démographiques et résultat :
    • Âge
    • Sexe
    • Géolocalisateurs (p. ex. province, région, ville)
    • Symptômes (une colonne pour chaque symptôme)
    • Date d’apparition de la maladie
    • Décès
    • Hospitalisation
  • Données du laboratoire :
    • Pathogène
    • Sérovar/sérotype
    • Résultats du typage (p. ex. profil ECP, génotype, etc.)
    • Date du prélèvement de l’échantillon
    • Date de déclaration (par le laboratoire)
  • Expositions : Ce champ de texte peut servir à saisir des expositions clés à des aliments d’intérêt ainsi que des renseignements tels que des codes de lot, des dates d’achat et des lieux d’achat, qui servent tous à orienter les enquêtes sur la salubrité des aliments. Si certaines expositions communes sont relevées, il vaut mieux saisir chaque différente exposition dans une colonne distincte.
  • Remarque : Ce champ de texte peut servir à saisir des renseignements considérés comme étant pertinents, mais qui ne sont pas saisis dans l’une des variables susmentionnées.

OUTILS

 

< RETOURSUIVANT >