Enquêtes sur la salubrité des aliments

 Jour 2 : Mardi 22 juillet 2014 (n = 6)

Une téléconférence d’évaluation initiale concernant la mise sur pied d’un CCEE  a lieu avec les intervenants en santé publique suivants : représentants des services d’épidémiologie et de laboratoire de l’Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba, Santé Canada , l’ Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)  et l’ Agence de la santé publique du Canada (ASPC).

Les renseignements suivants sont communiqués pendant la téléconférence :

  • Alberta (n = 1) : Le cas est une femme de 35 ans qui n’a pas voyagé hors de la province pendant sa période d’incubation. Le cas affirme avoir mangé des hamburgers (bien cuits), du poulet grillé et diverses salades. Le cas possède un chien. Date d’apparition de la maladie : Le 4 juillet 2014.
  • Saskatchewan (n = 3) :
    • Les autorités de santé publique locales ont mené une enquête initiale sur les deux cas associés au barbecue de la Fête du Canada; par ailleurs, cinq autres cas (cliniques) non confirmés en laboratoire, qui avaient assisté au barbecue, ont commencé à être interrogés par l’unité de santé (des échantillons de selles n’ont pas été fournis pour l’instant).
    • Source suspecte no1 : Hamburgers
      • Barbecue de la Fête du Canada
        • On a communiqué avec l’hôte du barbecue, qui dit avoir acheté du bœuf haché frais pour préparer des galettes de hamburger à la maison avant le barbecue, et avoir aussi utilisé des galettes surgelées préformées.
        • Il n’y a pas de restes de hamburger ou de bœuf haché.
        • L’hôte du barbecue ne se souvient plus des marques de commerce, et il ne peut dire avec certitude où et quand il a acheté les produits. Il a indiqué quatre supermarchés appartenant à des chaînes différentes où il fait régulièrement ses emplettes.
        • Il n’a aucune carte de fidélité et il ne conserve pas systématiquement ses reçus.
        • Les autorités locales de santé publique tentent de faire un suivi auprès de l’hôte pour essayer d’obtenir plus de renseignements sur les dates potentielles et l’emplacement des magasins.
        • Tous les renseignements ont été transmis à l’ACIA.
        • Le représentant de la Saskatchewan demande à celui de l’Alberta s’il peut vérifier si son cas se souvient ou non de certains détails concernant le hamburger qu’il a consommé.
      • Source suspecte no2 : Laitue romaine
        • La marque de laitue romaine qui a été servie au barbecue de la Fête du Canada a été communiquée à l’ACIA.
        • Deux des cas (cliniques) non confirmés en laboratoire sont des végétariens qui n’ont mangé aucun hamburger.
        • Un autre cas qui n’a pas assisté au barbecue, mais qui a également mangé des hamburgers, a dit avoir mangé de la laitue romaine de la même marque que celle qui a été servie au barbecue.
        • Le représentant de la Saskatchewan demande à celui de l’Alberta s’il peut vérifier si son cas a consommé de la laitue romaine de la même marque.
      • Manitoba (n = 2) : Aucun questionnaire n’a encore été reçu des autorités de santé publique locales pour l’un ou l’autre des deux cas.
      • ACIA : Des activités de traçabilité ont commencé pour la laitue romaine qui a été consommée par les cas de la Saskatchewan. Les renseignements obtenus à ce jour sur le bœuf haché et les galettes de hamburger surgelées sont insuffisants pour entreprendre une traçabilité complète. Les autorités de santé publique de la Saskatchewan tentent de déterminer quand et où les produits de bœuf ont été achetés.

Tous les participants à la téléconférence d’évaluation initiale conviennent de mettre sur pied un CCEE national pour cette enquête.

La prochaine téléconférence du CCEE est provisoirement prévue le lundi 28 juillet 2014. Le groupe décide de communiquer par courriel d’ici la prochaine téléconférence.

Question 2-1 : Les enquêtes sur la salubrité des aliments peuvent aider à évaluer la nature et l’ampleur du danger et à déterminer les mesures à prendre afin d’éliminer ou de réduire au minimum les risques potentiels pour le public (p. ex. rappeler les produits concernés afin de réduire les risques d’infection future). Grâce à l’application de méthodes de traçabilité, l’enquête peut déterminer si le ou les produits en cause sont liés dans la chaîne de production (p. ex. deux marques différentes de laitue peuvent en fait provenir du même lot importé). Croyez-vous qu’il est approprié d’entreprendre un retraçage du bœuf haché, des galettes de hamburger surgelées et de la laitue à ce stade?

RÉPONSE

Oui, à ce stade, il est approprié de tenter de mener ces trois enquêtes sur la salubrité des aliments. La laitue et le bœuf haché/les hamburgers sont des sources plausibles d’infection à E. coli O157:H7 et ont été associés à des éclosions par le passé.

  • Tous les cas confirmés (4/4) dont les expositions sont connues ont dit avoir mangé de la salade/laitue (Sask. = 3, Alb. = 1).
  • Tous les cas confirmés (4/4) dont les expositions sont connues ont aussi dit avoir mangé des hamburgers (Sask. = 3, Alb. = 1).

Même si deux des cas (cliniques) non confirmés en laboratoire repérés dans le contexte du barbecue de la Fête du Canada en Saskatchewan sont végétariens et ont dit n’avoir mangé aucun hamburger, une contamination croisée est possible entre la laitue et les galettes de hamburger.

 

< RETOUR SUIVANT >